David Bismuth, le 7/04/19

Désigné par le magazine Pianiste comme l’un des dix pianistes français les plus doués de sa génération, David Bismuth est salué par la critique pour son jeu lumineux et profond,où se conjuguent science de l’architecture et poésie du timbre.

 En 2017, deux nouveaux albums viennent enrichir sa discographie : le premier pour piano seul, consacré à « Beethoven et ses maîtres », paru chez AmeSon ( »ffff » de Télérama). Le second, « Paris 1900 » en duo avec la violoniste Geneviève Laurenceau, paru chez Naïve.

 David Bismuth a également fait ses débuts avec orchestre en Russie, sous la direction de Yuri Bashmet.

 Ces dernières saisons, David Bismuth s’est produit avec l’Orchestre de Paris (Salle Pleyel), l’Orchestre National de France (Théâtre du Châtelet), l’Orchestre National du Capitole de Toulouse ou l’Orchestre de Nice, sous la direction de chefs tels Andris Nelsons, Jaap van Zweden, Jean-Christophe Spinosi, Cornelius Meister, Michel Plasson ou Rinaldo Alessandrini.

Il a également participé à de nombreux festivals : La Roque d’Anthéron, Radio France – Montpellier, Piano aux Jacobins, Nohant Festival Chopin, La Chaise Dieu, Colmar, Saintes, Menton, Piano à Lyon, L’Esprit du piano à Bordeaux, La Folle Journée (Nantes et Varsovie), le Gstaad Menuhin Festival, le BBC Hay Festival, le Palazzetto Bru Zane à Venise ou la Villa Medici à Rome, Dom Muzyki à Moscou…

 Chambriste recherché, il partage la scène avec les pianistes Bertrand Chamayou et Adam Laloum, la violoniste Geneviève Laurenceau et la violoncelliste Camille Thomas, et s’associe pour des concerts-lectures avec Alain Duault ou le comédien Didier Sandre.

Programme :

 J.S BACH Suite Française
W.F BACH Sonate en la mineur
BEETHOVEN Variations sur une marche de Dressler
                           Sonate Op.27 n.2 « Clair de lune »
SCHUBERT Impromptus Op.90 n.3 

                       Klavierstücke n.1 D946


Accordant une place de choix à la musique française, la discographie de David Bismuth est aujourd’hui riche de nombreux enregistrements, avec notamment plusieurs mises en miroirs de compositeurs tels Franck et Fauré, Debussy et Dukas, ou Rachmaninov et Saint-Saëns (**** Classica). Citons également ses disques B.A.C.H.ianas & Transcriptions ( »ffff » de Télérama), l’album Bach Père et Fils (Pianiste « Maestro ») et le CD Made in France, enregistré aux côtés du clarinettiste Pierre Génisson et récompensé d’un Diapason d’Or.

 

Initialement formé par Catherine Collard au Conservatoire de Nice, David Bismuth a intégré dès l’âge de quatorze ans le CNSMD de Paris, dans la classe de Gabriel Tacchino puis de Brigitte Engerer. Il s’est ensuite perfectionné avec Monique Deschaussées, héritière d’Alfred Cortot, et avec Maria João Pires, dont la rencontre l’a beaucoup enrichi et inspiré, tant d’un point de vue artistique qu’humain. Les deux artistes ont eu depuis l’occasion de se produire à quatre mains et à deux pianos. David Bismuth a été son assistant durant plusieurs années à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en Belgique, dont il reste Artiste Associé.

 

Par ailleurs, il donne de nombreuses masterclasses chaque année, notamment en Russie, dans le cadre des « Educational Centers for Musicians » dirigés par l’altiste et chef d’orchestre Yuri Bashmet.

Emmanuel Ferrer-Laloë, le 10/03/2019, avec la participation de l'actrice, Martine Ladoir- Tornil

Pianiste franco-espagnol, Emmanuel FERRER-LALOË est né à Alger, où il commence ses études générales et celles de musique avec ses parents. Après deux ans passés à l’Ecole de Sorèze (Tarn), il poursuit ses études à Paris sous la houlette de l’organiste et compositeur Marcel Dupré. Lauréat des Conservatoires de Toulouse et Paris, ainsi que du Conservatoire Européen de Paris, des concours internationaux de Barcelone et d’Orense, et de l’Université de Hartford (Connecticut), il a pour professeurs: Louise Lemître, René Duclos, Lelia Gousseau, Thérèse Dussaut, Monique Deschaussées et Luiz De Moura Castro. Ses concerts le mènent en Espagne (où il s'installe – à Madrid – en 1972), en Allemagne, Australie, Brésil, Egypte, Etats-Unis, Grèce, Hong-Kong, Hongrie, Inde, Irlande, Italie, Japon, Liban, Malaisie, Norvège, Portugal, Taiwan, etc.  Il enregistre pour différentes chaînes de radio et télévision en Espagne, en France et dans plusieurs autres pays. Il apparaît dans les festivals GREC de Barcelone, Serenatas en el Barrio Gótico de Barcelone, Cadaqués, Marbella, Festival de la Mediterranée (Murcie), Rompon, au Brésil ou il s’est produit et a donné des master-class dans le cadre du 30ème Festival d’Ouro Prêto (Minas Gerais), le plus ancien et important festival de ce pays, au Festival d’Arles, etc.. et avec orchestre, sour la direction de chefs comme Jacques Grimbert, Marçal Gols, Benito Lauret, Odón Alonso, Manuel Galduff, José María Echevarría, Cristobal Soler, Jean-Marie Juan, Eric Bauer, Théo Kapsopoulos, Yves Senn. On remarque dans son vaste répertoire, l'œuvre intégrale de Ravel (interprétée plusieurs fois en concert, particulièrement en 1987, année du cinquantenaire de la mort du compositeur). Son interprétation du concerto pour la main gauche lui vaut d’être l’unique lauréat d’un concours de solistes aux USA devant 43 concurents. La musique de chambre occupe depuis de nombreuses années une place prépondérante dans sa carrière, tant en duo, qu’en trio ou en quatuor, avec violon, violoncelle, flûte, clarinette, etc. faisant équipe avec des solistes de haut niveau. Il s’adonne également au clavecin et à l’orgue. Passionné d'enseignement, il donne des masterclass à l'Université de Taipeï (Taiwan), Beyrouth (Jeunesses Musicales du Liban), enseigne à l’Université de Hartford et, après avoir fondé et dirigé le premier Cours International d’Interprétation et d’Enseignement Musical et le premier Festival d’Hiver à Grenade (1981), il est l'instigateur-fondateur du Cours International de Gérone dans lequel il donne des cours jusqu'en 1988, est invité aux Cours Internationaux de Marbella de 1985 à 1989, période pendant laquelle les conservatoires de Segovie et Saragosse créent pour lui une classe spéciale de piano. De 1975 à 1992, il reçoit chez lui à Madrid des élèves provenant de plus de 36 conservatoires espagnols et des étudiants étrangers. Les différents gouvernements régionaux autonomes d'Espagne le chargent régulièrement de séminaires pédagogiques et il est fréquemment invité à animer des stages destinés aux élèves et professeurs des conservatoires espagnols. Directeur artistique du Festival de musique de chambre « Sierra Musical » qu'il fonde dans la Sierra madrilène en 1983 jusqu'en 1992, date à laquelle il décide de rentrer en France et choisit de vivre en pleine nature, en Haut-Agenais-Périgord, dans une ancienne ferme du XIII ème transformée en prieuré. Limitant ses apparitions à la scène à quelques concerts par an, il y reçoit de 1992 à 2018 ses élèves et ses amis musiciens des cinq continents, pour lesquels il organise des stages et des soirées musicales qui ont eu lieu dans la chapelle du Prieuré, apportant à ces vielles pierres l’esprit de la musique et de sa philosophie, et un rayonnement culturel alentour. De 2003 à 2016, Emmanuel Ferrer-Laloë a été professeur au Centre Superieur de Musique du Pays Basque “Musikene” à San Sebastián (Espagne).

 

Martine Ladoire Tornil, comédienne, metteuse en scène, enseigne le théâtre depuis plus de 30 ans, aux adultes et aux enfants, au sein de la
compagnie des Arceaux au Théâtre de l'Eperon à Angoulême.

 De nombreuses réalisations aussi bien avec des professionnels qu'avec des amateurs sont parties en tournée en Poitou- Charentes et dans la Nouvelle Aquitaine.

Actuellement en tournée

 "Jours de Lessive" autour les femmes du XXème siècle dans le monde du travail,

 " Etranges Chemins" (pièce pour enfants) une petite lle de la ville découvre la vie à la campagne

 "Ciel, Amour, Liberté" où se mêlent autour de ces thèmes des beaux textes poétiques et de la musique avec le guitariste classique François Chappey

 Martine Ladoire Tornil enseigne aussi la danse et pour elle c'est grâce aux passerelles entre les arts que les rencontres avec le public deviennent des  moments magiques de bonheur.

Programme :  Frédéric CHOPIN (1810-1849)
Impromptu N°1 en la bémol majeur, op. 29
Impromptu N°2 en fa dièse majeur, op. 36
Impromptu N°3 en sol bémol majeur, op. 51
Fantaisie-impromptu en ut dièse mineur, op. 66
Polonaise-fantaisie en la bémol majeur, op. 61

– entr’acte –
Ballade N°1 en sol mineur, op. 23
Ballade N°2 en fa majeur, op. 38
Ballade N°3 en la bémol majeur, op. 47
Ballade N°4 en fa mineur, op. 52

 

 

 

 

Poèmes de Yourcenar, Lamartine, Musset, Victor Hugo, Baudelaire,Verlaine, Th. de Banville, A. de Vigny…

 

 


Jean-Baptiste Fonlupt, le 10/02/19

Jean-Baptiste Fonlupt s’est produit en décembre 2016 en tant que soliste au Théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg avec l’orchestre du Mariinsky sous la direction de Valery Gergiev. Il y a interprété à l’occasion de l’ouverture du Piano International Festival le concerto pour piano de Jolivet. Il a également joué lors de ce festival un récital entièrement consacré à Franz Liszt.

Ses autres concerts récents l’ont mené dans de prestigieux festivals: Piano aux Jacobins à Toulouse, Lisztomanias de Châteauroux, l’Esprit du Piano à Bordeaux, Festival Chopin de Nohant, Piano en Valois à Angoulême, au festival Liszt en Provence, à Solistes à Bagatelle à Paris, dans plusieurs ville de Chine, en Belgique, au Japon, en Russie, en Italie au Festival dei due Mondi de Spoleto. Il a joué en novembre 2018 avec l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine sous la direction de Paul Daniel le 1er concerto de Tchaïkovsky.

Né en 1976, il débute le piano à l’âge de 6 ans avec Jeanine Collet et Christian Bernard au Conservatoire de Grenoble. A l’âge de 13 ans, il remporte le concours du Royaume de la Musique et joue le 1er concerto de Mendelssohn avec l’orchestre Colonne à la Maison de la Radio à Paris. Un an plus tard, il remporte le 1er prix du concours Steinway Jeunes Talents, grâce auquel il joue en soliste au Théâtre des Champs-Elysées. En 1991, il est admis à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Bruno Rigutto. Il se perfectionne par la suite auprès de Georges Pludermacher, de la pianiste russo-géorgienne Elisso Virssaladze puis du pianiste allemand Michael Endres à Berlin.

 Jean-Baptiste Fonlupt a sorti en 2016 un disque dédié à Robert Schumann (Variations Abegg, Arabesque, Novellettes no.2, 7 & 8, les Chants de l’Aube, Geistervariationnen) pour le label Esprit du Piano, qui a obtenu la récompense de 5 Diapasons. Passionné par tous les types de répertoire, de JS Bach à la musique contemporaine, sa discographie témoigne aussi d’une attention particulière pour le répertoire moins connu: il a gravé des pièces rares de Franz Liszt (3 Apparitions, Klavierstück, Impromptu..) ainsi que des sonates de Carl Philipp Emanuel Bach. En 2014, il enregistre un disque consacré à Chopin pour lequel il est nommé Révélation 2014 au Festival Chopin de Nohant, qui obtient également 5 diapasons.

Programme

 

Frédéric Chopin: 2ème ballade

Robert Schumann: Fantaisie

Franz Liszt: Sonate en si mineur


Jean-Claude Pennetier, le 13/01/19

Jean-Claude Pennetier a choisi de vivre sa passion en humaniste et en amateur illuminé. Ses précoces Prix du CNSM de Paris et ses prestigieux lauriers aux concours Marguerite Long, Montréal, Genève et Gabriel Fauré, le destinaient aux feux de la rampe. Pourtant, ce pianiste hors du commun a toujours tenté de rester en marge des grands circuits pour garder sa pleine liberté d’interprète. A 30 ans, il décide de s’accorder un temps de réfl exion, prenant ses distances avec un instrument que ses doigts n’ont pas quitté depuis l’âge de trois ans. Il choisit d’explorer des horizons nouveaux : la composition (opéras pour enfants, messe, musique de fi lm, etc.), la direction d’orchestre (Ensemble Intercontemporain, orchestres de Radio-France etc.) et le théâtre musical (Atelier Lyrique du Rhin, Théâtre pour la Musique, ensemble Musique Ouverte, etc.).

Aujourd’hui revenu à ses amours premières, sans avoir cessé de flirter avec la musique sous toutes ses formes, il est invité à se produire en France et à l’étranger, avec des orchestres renommés (orchestre de Paris, Staatskapelle de Dresde, NHK de Tokyo etc.) et joue aux Festivals de Prades, La Roque d’Anthéron, Seattle ou les Nuits de Moscou. Sa passion pour le répertoire tant classique que romantique s’exprime à travers une discographie abondante et souvent primée : Choc, Diapason, Victoires de la Musique (Beethoven), Grand prix du disque (Schubert).

 

Programme

 Mozart

Schubert

 Debussy

Célia Oneto Bensaid, le 9/12/18

« Une pianiste de fière allure » (Christian Wasselin, Web Théâtre, avril 2016)

 

« Elle est un orchestre à elle seule ! » (Bertrand Renard, Culture box, février 2016)

 

Célia se forme au CNSM de Paris où elle obtient ses masters de piano (classe de Claire Désert), d'accompagnement (classes d'Erika Guiomar, Anne Le Bozec et Jean-Frédéric Neuburger) et de musique de chambre (classe de Claire Désert et Ami Flammer) avec les meilleures distinctions. Lauréate de nombreux concours internationaux (Piano Campus, Fondation Cziffra, concours Nadia et Lili Boulanger, concours Bonneton etc.), elle reçoit le prix du public de la Société des Arts de Genève en 2017. Célia suit également l'enseignement de Rena Shereshevskaya à l'Ecole Normale Alfred Cortot où elle obtient le diplôme supérieur de concertiste en 2018. Elle se produit régulièrement en concert en solo avec orchestre, ou en musique de chambre dans des festivals et salles telles que la grande Philharmonie de Paris, Piano aux Jacobins, le festival de la Roque d'Anthéron, la Folle Journée de Nantes, le Grand Théâtre de Harbin (Chine), Festival du Périgord Noir, Piano en Valois, et a été également invitée de différentes émissions de radio (France Musique : Magazine des Festivals, Génération Jeunes Interprètes, Matinale). Elle a participé à des master classes auprès d'Anne Queffelec, Maria-Joao Pires ou encore Jean-Claude Pennetier. Elle se produit régulièrement à l'étranger (Etats-Unis, Italie, Angleterre, Espagne, Suède, Suisse, Algérie, Chine). En 2017, elle est soutenue par la fondation Safran, et devient  lauréate de Pro Musicis et de la Banque Populaire. Elle est également lauréate de la fondation Royaumont et devient en 2018 lauréate HSBC de l'Académie du festival lyrique d'Aix-en-Provence.

 

Elle reçoit le prix André Boisseaux, qui lui permet d'enregistrer son premier disque solo "American Touches" paru en 2018 consacré aux Américains Gershwin et Bernstein, et comprenant ses transcriptions d'œuvres orchestrales sous le label Soupir.

 

Dédicataire et créatrice de plusieurs pièces de la jeune compositrice Camille Pépin, Célia enregistre ses œuvres de musique de chambre dans un disque qui paraîtra en février 2019 chez NoMadMusic.

Programme

 

Mozart : Fantaisie en do mineur Kv 475

Schumann : Carnaval de Vienne op.26 (extrait)

 Mel Bonis : Femmes de Légende (extraits)

 Debussy : Estampes 

 Pagodes

 Soirée dans grenade 

 Jardins sous la pluie 

 Gershwin : trois préludes pour piano

 


Gaspard Thomas, le 11/11/18

Admis en 2016 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Piano de Claire DESERT et Romano PALLOTTINI, Gaspard THOMAS est initialement diplômé du Conservatoire à Rayonnement Régional de Poitiers, et s’est ensuite perfectionné à Bordeaux puis à Saint-Maur-des-Fossés (classe de Christine FONLUPT).

 

Il intègre en 2015 l’association « Piano Cantabile » (perfectionnement pour jeunes pianistes) et dans ce cadre, suit régulièrement les enseignements du pianiste et concertiste Bernard d’ASCOLI. Il est aussi activement soutenu par le pianiste et pédagogue Emmanuel FERRER, et bénéficie des conseils notamment d’Anne QUEFFELEC, Jean-François HEISSER, Christian IVALDI et Joaquin ACHUCARRO.

 

En 2017, Gaspard a obtenu un Premier prix spécial au Concours FLAME et un Premier prix ex-aequo dans la Catégorie Chopin du Concours de Brest. En 2018, il obtient un prix spécial au concours Alain Marinaro de Collioure pour l’interprétation de « Caténaires » d’E.Carter.

 

Dans le cadre de ses études au CRR de Saint-Maur, il bénéficie du soutien du Lions Club et a la chance, durant le cadre du gala des lauréats, de se produire en soliste (final du 3e Concerto de Beethoven). La même année, il participe à la journée « Piano à Portes Ouvertes » du Festival Chopin à l’Orangerie de Bagatelle, et est invité par la Société Chopin à jouer en récital à l’Ambassade de Pologne à Paris. En 2017 il a la grande chance de se produire en récital au Showroom parisien Steinway & Sons récemment inauguré, invité par Olivier Bouley dans le cadre du Off des « Pianissimes ». Gaspard est invité à plusieurs reprises à jouer dans des festivals tels que Classique au Port (La Rochelle), ou le Festival de Saint-Céré (2017 en récital et 2018 en concerto).

 

Également chambriste et accompagnateur très apprécié, Gaspard joue chaque année depuis 2013 dans le cadre du Festival Off « Les Vacances de Monsieur Haydn » à La Roche-Posay (direction artistique : Jérôme PERNOO). En 2017 et 2018 il se produira en quatuor avec piano ainsi qu’en trio avec cor à la Cathédrale Américaine à Paris.

Programme

 

 - BEETHOVEN : Sonate en fa mineur n°23 "Appassionata" op.57 

- CHOPIN : Nocturne en si majeur op.62 n°1

- VERDI/LISZT : Paraphrase sur le "Miserere" du Trouvère de Verdi

- RAVEL : "Ondine" extrait de Gaspard de la Nuit

 - CHOPIN : Nocturne en mi bémol majeur op.55 n°2

 - CHOPIN : Ballade n°4 en fa mineur op.52

 


Julien Gaudinière, le 27/05/18

Les Impromptus de Schubert

 

"Le compositeur révèle l'essence la plus intime du monde et exprime la sagesse la plus profonde dans une langue que sa raison ne comprend pas." ( Shopenhauer )

      Au cours de l'automne et de l'hiver 1827, moins d'un an avant sa disparition, Franz Schubert écrivait un ensemble d'oeuvres majeures pour clavier : les impromptus opus 90 et 142. Afin de mieux pénétrer et apprécier le caractère envoûtant de ces pièces, L'Amateur de Piano innove et vous propose, pour la première fois, une forme nouvelle : Julien Gaudinière, pianiste et musicologue, qui a consacré un important travail à ces impromptus, viendra nous en parler, puis en interpréter certains sur le Steinway du Domaine Musical. Il évoquera, en particulier, l'influence de la poésie romantique allemande dans la composition de ces oeuvres.

 
Julien Gaudinière est né à Toulouse en 1985. Il débute le piano à l'âge de 6 ans puis intègre le conservatoire de Montauban dans la classe d'Éric Lesage où il obtient son Diplôme d'Études Musicales en piano, solfège et musique de chambre. Il décide ensuite de poursuivre sa formation au Conservatoire de Bordeaux dans la classe d'Hervé N'Kaoua dont il sortira diplômé avec la mention Très Bien à l'Unanimité avec les félicitations du Jury avant d'obtenir son prix de perfectionnement, lui aussi à l'Unanimité du jury. Dans le même temps, pour élargir ses connaissances musicales, Julien obtient un DEUG en musicologie à l'Université de Toulouse le Mirail.

 Il décide ensuite de partir poursuivre sa formation musicale au Québec, à l'Université de Montréal où il obtient sa Maîtrise en interprétation, en mai 2012, sous la direction de Maneli Pirzadeh. En mai 2015 il y obtient son doctorat en interprétation avec la mention "exceptionnel".

Il a eu l'occasion de suivre les master-class de maîtres prestigieux tels Dang Thai Son, A.Kouyoumdjian, Marc Durand, C.Katsaris, Peter Nagy, E.Laloe Ferrer, Thierry Huillet, Louise Sibourd, P.Hantai et a été choisi pour participer, en aout 2012 à l'Internationale Sommerakademie PragWienBudapest, à Vienne, où il a pu se produire et bénéficier de l'enseignement de maîtres viennois.

 Passionné de pédagogie, il se partage actuellement entre les activités de concertiste et d'enseignant.

Programme

  • Première partie: histoire, présentation et analyse des impromptus, illustrée d'extraits musicaux
  • Deuxième partie: Julien Gaudinière interprétera les trois premiers impromptus de l'opus 142

Kotaro Fukuma le 8/04/18

Né à Tokyo, Kotaro Fukuma commence l'étude du piano à l'âge de 5 ans. Il obtient de nombreux Prix dans des concours internationaux : Arthur Rubinstein (Tel Aviv), Paloma O'Shea (Santander), Maj Lind (Helsinki), BNDES (Rio de Janeiro) et Gina Bachauer (Salt Lake City). 

      En 2003, à 20 ans, Kotaro Fukuma remporte le 1er Prix et le Prix Chopin au Concours International de Cleveland. C'est le commencement d'une carrière de pianiste concertiste qui le mène sur les cinq continents.

       Depuis, il joue au Carnegie Hall et au Lincoln Center à New York, au Wigmore Hall à Londres, à la Philharmonie et au Konzerthaus à Berlin, au Gewandhaus à Leipzig, au Grand Auditorium National à Madrid, Salle Mozart à Zaragoza, au Victoria Hall à Genève, au  Suntory Hall et à l'Opéra City à Tokyo...

           Il se produit régulièrement en France. Ces deux dernières saisons, notamment, aux festivals Piano Jacobins, la Roque d'Anthéron, l'Esprit du Piano, Menton, Sully-sur- Loire, L'Eté musical des Causses, Estivales de Musique en Médoc, Chopin (Paris et Nohant), au Festival de Piano de Biarritz et au Lille Piano(s) Festival avec l'Orchestre National de Lille. 
        Il s'est également produit Salle Gaveau à Paris, à Piano Campus, aux Musicales de Croissy, aux Rencontres artistiques de Bel-Air, à Grenoble, Rouen, Lyon, Cluses, ainsi qu'avec l'Orchestre symphonique de Bretagne et Insula Orchestra sous la direction de Laurence Equilbey.
             Kotaro Fukuma a fait ses études supérieures de musique, successivement, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (2001-2005) avec Bruno Rigutto et Marie-Françoise Bucquet, puis à l'Université des Arts de Berlin (2005-2010) avec Klaus Hellwig, enfin à l'Académie du Lac de Côme en Italie (2006-2009). Il a bénéficié des conseils des maîtres Léon Fleisher, Mitsuko Uchida, Richard Goode, Alicia de Larrocha, Maria-Joao Pires, Leslie Howard, Dominique Merlet, et Aldo Ciccolini.

       Kotaro Fukuma vit aujourd'hui à Berlin et parle six langues dont le français.

 

 

 

Programme                     

Première partie :

J.S.Bach : Cantate "Que les brebis paissent en paix" (transcription par E.Petri)

 Beethoven : Sonate no.17 en ré-mineur Op.31-2 « La Tempête »

 Debussy : les extraits de Préludes livre I 

no.5, Les collines d'Anacapri,

no.6 Des pas sur la neige,

no.7 Ce qu'a vu le vent d'Ouest

no.8 La Fille aux cheveux de lin

 

Deuxième partie:

Moussorgski : Tableaux d'une exposition


Claire Désert le 9/03/18

Habituée de prestigieux festivals en France (festival de la Roque-d'Anthéron, piano aux Jacobins, Lille piano festival, festival de Radio France Montpellier, etc...), Claire Désert est aussi présente sur les scènes internationales (Wigmore hall à Londres, Kennedy Center à New York, Japon, Brésil, Allemagne, etc...) et se produit en soliste avec d'importantes formations symphoniques comme les orchestres de Paris, Philharmonique de Radio-France, Strasbourg, Toulouse, Prague, Québec, Japon... Elle a joué sous la direction de M. Janowski, J. Bělohlávek, L. Foster...

 

 

      Entrée à l'âge de 14 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Claire Désert obtient un premier prix à l'unanimité du jury dans la classe de piano de V. Yankoff ainsi qu'un premier prix de musique de chambre dans la classe de J. Hubeau. Elle est ensuite admise en cycle de perfectionnement dans ces deux disciplines (classe  de musique de chambre de R. Pidoux). Remarquée par le pianiste et pédagogue E. Malinin, celui-ci l'invite à poursuivre ses études au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou.

 

         Claire Désert est une chambriste hors pair. Ses partenaires privilégiés sont  Emmanuel Strosser, Anne Gastinel, Gary Hoffman Philippe Graffin, Régis Pasquier,  le Quatuor Sine Nomine, le Quintette Moraguès…

        Sa discographie bien étoffée comporte entre autres un CD des Novelettes de Schumann (couronné d’un “10” de Répertoire), un disque des Concertos de Scriabine et de Dvorák avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg récompensé d’une Victoire de la Musique en 1997 et plusieurs enregistrements réalisés avec Anne Gastinel. Sont également parus chez Mirare deux autres disques consacrés à Schumann ainsi qu’un enregistrement des Danses slaves de Dvorák à quatre mains avec Emmanuel Strosser.

Au Programme

Première partie :
-Quatre mazurkas opus 41 de F. Chopin
-Fantaisie opus 17 en ut Majeur de R. Schumann
 Deuxième partie:
-Sonate en la mineur D 537 de F. Schubert
-Nocturne en ut dièse mineur opus 27 numéro 1 de F. Chopin
-Deux Lieder Schumann/Liszt "Widmung", "Frühlingsnacht"
-Nocturne en fa Majeur opus 15 numéro 1 de F. Chopin
-Miserere du Trouvère Verdi/Liszt

Florian Noack et Nare Karoyan, le 11/02/18

Florian Noack est né en 1990 à Bruxelles. Il a commencé à étudier le piano à l’age de 4 ans, et, à 12 ans, est entré à la Chapelle Reine Élisabeth ans le cycle pour Jeunes Talents.

 

Après avoir été nommé « Jeune Artiste de l’Année » à l’ECHO Klassik pour son disque consacré à ses propres transcriptions et paraphrases pour piano, Florian Noack a été récompensé par un Diapason d’Or et par l’International Classical Music Award pour son enregistrement de la musique de Serguey Lyapunov – trois distinctions prestigieuses confirmant le talent exceptionnel de ce jeune musicien.

Florian Noack est lauréat plus d’une vingtaine de concours nationaux et internationaux, notamment le Concours International Rachmaninov, le Concours International Robert Schumann, et le Concours International de Cologne. Il également lauréat du Prix « Grandpiano », de la Fondation Belge de la Vocation, de la Bourse Spes, de la Fondation Banque Populaire et de la Mozart Gesellschaft Dortmund.

 

Programme

     photo: Markus Hoffmann                                                                                  autour de Bach, Brahms, Schumann

 

Cyril Guillotin,le 10/12/17 à 16h

Aller rechercher l’origine d’un souffle musical sur des instruments anciens et historiques, redécouvrir cette réalité oubliée pour la ramener à la vie, la confronter à notre propre réalité moderne innovante, et en faire naître l’avant-garde, tel est le défi relevé avec succès par le jeune et brillant pianiste français Cyril Guillotin. Cette expérience unique, c'est au Domaine Musical de Pétignac qu'elle fut vécues et réalisée lors de l'enregistrement de son dernier opus discographique Helldunkel – Clair Obscur (Evidence Classics, distribution Harmonia Mundi).

 

 

Cyril Guillotin revient nous offrir le fruit de ses recherches lors d'un concert rare, exécuté sur deux pianos, ancien et moderne.

 

Programme

MOZART –Variations K.265 "Ah, vous dirais-je Maman"

BEETHOVEN –Sonate Op.27N°2 "Clair de Lune", en

Do# mineur

Adagio sostenuto/Allegretto/Presto agitato

SCHUMANN –Fantaisie Op.17, en Do Majeur (1er mouv)

Durchaus hantastisch und leidenschaftlich vorzutragen

CHOPIN –Nocturne Op.Post en Do# mineur


Orlando Bass,le 5/11/17, à 16h

Orlando Bass est très vite passionné par le monde de la musique. Il est jeune inscrit au Conservatoire de Limoges et jusqu’à ses dix huit ans obtient les diplômes dans une douzaine de disciplines. En 2012 il intègre le CRR de Paris en classe d’accompagnement, cycle de perfectionnement, où il prend goût à l’activité de chef de chant. Au CNSMD de Paris il est d’abord accepté en 2013 dans la classe d’écriture, puis en 2014 dans la classe d’accompagnement et en 2015 dans les classes de piano et d’improvisation. Il obtient en 2014 ses prix d’harmonie et de contrepoint, en 2015 celui de fugue.

Il s’est déjà produit dans le cadre de nombreux festivals en tant que pianiste ou claveciniste, et a été programmé dans des salles prestigieuses telles la salle Pleyel ou le Studio 106 de la Maison de la Radio.


Il pratique également le jazz et les musiques improvisées, est passionné par les sciences et a étudié la chimie à la faculté de Jussieu tout en poursuivant ses études et sa carrière musicale.

Il obtient en novembre 2015 le premier prix du Concours de clavecin de Bologne, Fondation Paola Bernardi.

Au programme:

-Sonate de Liszt

-Tableaux d'une exposition de Moussorgsky et le -24eme prélude et fugue en ré mineur de Chostakovitch

 

 

Les Ambassadeurs, le 16/09/17

Ensemble baroque de prestige, les Ambassadeurs se sont spécialisés dans l'interprétation de morceaux de l'époque Baroque, joués sur instruments d'époque. Véritables passionnés de musiques, Les Ambassadeurs parviennent à donner un nouvel éclairage au baroque, et le diffusent autant qu'ils le peuvent, pour tous les publics.

Dirigés par le célèbre flûtiste et chef d'orchestre Alexis Kossenko, les Ambassadeurs intègrent un riche répertoire, depuis Bach à Stravinsky, en passant par Rameau, Mozart ou encore Rossini.

PROGRAMME (Chef à la flûte, 2 violons,1 alto,1 violoncelle,  contrebasse, 1 clavecin)

TARTINI : Concerto en ré majeur pour flûte G.291 

TELEMANN : Concerto en ré majeur pour flûte TWV 51:D1 

VIVALDI : Concerto en la mineur pour flautino RV 445 

 

VIVALDI : Concerto en la mineur pour flûte à bec RV 108 

BACH : Concerto en sol mineur pour clavecin et cordes BWV 1058 

SAMMARTINI : Concerto en Fa majeur pour flautino

 

Prix 15€ et 5€ pour les moins de 18 ans


Voici un petit récit de ce concert, par Marion Henchoz

Concert ensoleillé pour un dimanche à la météo tristounette.

 

Ils étaient sept, les « Ambassadeurs » d’une musique baroque joyeuse, plus que joyeuse : espiègle ! et ils nous ont enchantés par leurs sonorités chaudes tirées des cordes en boyau de leurs violons, alto, violoncelle et contrebasse, la limpidité du son du clavecin qui chantait comme un torrent de montagne, et l’incomparable flûtiste, au souffle …époustouflant, tout autant que sa virtuosité.

 

 

 

Tout a commencé par le concerto de Tartini, en ré Majeur joué sur une flûte traversière qui augurait d’un programme plaisant et fait pour nous réchauffer le cœur, mais sans excès.

 

Il en fut de même avec le Concerto en ré Majeur de Télémann. Très agréable à entendre.

 

 

 

Le concerto de Vivaldi en la mineur a nécessité un changement de flûte et de programme. Le programme annonçait le concerto RV445, mais Alexis Kossenko nous a expliqué qu’à la suite d’un défi lancé par un de ses amis, il avait décidé de relever le gant et de jouer le concerto de Vivaldi RV446, plus difficile et ne figurant pas sur le disque qu’ils viennent d’enregistrer, et pour la promotion duquel ils sont en tournée .

 

Donc, ce concerto non programmé a été un défi non seulement pour Alexis Kossenko, mais aussi pour ses partenaires et une occasion pour nous, spectateurs, de nous ébahir de la vélocité, la virtuosité , et le souffle incroyable, inépuisable, digne d’un pêcheur de perles indonésien, de ce flûtiste hors pair !

 

 

Après l’entracte, nous avons découvert les deux visages de JS Bach dans une « symphonie » (préambule à une cantate qui en donne l’atmosphère) religieuse et une symphonie profane fort différentes et extrêmement intéressantes dans leur juxtaposition.

 

Enfin, le concerto pour flautino de Sammartini nous a confirmés dans notre impression que , décidément, Alexis Kossenko et ses acolytes étaient des musiciens « à suivre » et à réentendre !

 

Ce ne sont pas les nombreux  auditeurs à qui nous avons proposé le CD du groupe et qui, d’un air complice et contrit nous ont dit qu’ils l’avaient déjà acheté à leur concert précédent, qui nous contrediront !

 

A bientôt donc, chers Ambassadeurs de musique solaire et régénérante .

 

Ismaël Margain, 19/05/2017

Ismaël Margain est né en 1992 à Sarlat (Dordogne) où il entame sa formation musicale (piano, flûte, saxophone, jazz, écriture...). Le pianiste et chef d'orchestre Vahan Mardirossian avec lequel Ismaël travaille depuis son plus jeune âge le présente à son ancien maître Jacques Rouvier qui le prépare au concours d'entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Reçu à l'unanimité il choisit d'entrer dans la classe de Nicholas Angelich puis au départ de ce dernier de poursuivre sa formation auprès de Roger Muraro et Michel Dalberto... 

Lauréat du Concours International "Génération SPEDIDAM 2011" sa version du 4ème concerto de Beethoven, primée par Aldo Ciccolini, l'amène à se produire au Touquet International Music Masters 2012 dans le concerto en sol de Ravel.

Mais c'est au Concours International Long-Thibaud 2012 que le grand public découvre Ismaël: accompagné par l'Orchestre Philharmonique de Radio France, il joue le concerto n°23 de Mozart et obtient le Prix du public et le 3ème Grand Prix Marguerite Long remis par le président du jury Menahem Pressler. En 2015 il rejoue ce concerto à la télévision lors des Victoires de la musique, où il est nommé dans la catégorie "révélation soliste instrumental" (extrait du site https://www.ismaelmargain.com/).

 le programme était lesuivant:

  •  Schumann: "Chants de l'aube" (Gesäng Der Frühe)
  •  Schubert :3 Klaviertücke    

 Beethoven: sonate op 110    N°31 



Ali Hirèche, 5/02/2017

Programme du concert

 

Federico Mompou : Impresiones intimas

Ludvig Van Beethoven : sonate n° 8 op.13 dite Pathétique

Robert Schumann : Davidsbündlertänze Op.6

« Il m'est agréable de déclarer que ce jeune artiste témoigne non seulement d'une sensibilité musicale rare aujourd'hui, mais aussi de moyens instrumentaux exceptionnels, ce qui me laisse présager, pour lui, un avenir pianistique de premier plan. »

Aldo Ciccolini


" Ne connaissant ni Ali Hireche ni Monpou, je me demandais bien ce qui m’attendait par ce dimanche tempétueux de février, dans l’auditorium du Domaine Musical de Pétignac…

L’atmosphère chaleureuse du Domaine prédispose à la bienveillance, mais tout de même… il faut savoir raison garder.

Devant une salle bien remplie, malgré les conditions météo, un jeune homme discret s’installe au piano, le silence se fait… et nous voilà emportés dans un monde sonore tout de nuances et de délices harmoniques, proches, mais différents, de ceux de ses prédécesseurs : Satie, Debussy … et tout aussi inventif.

Le jeu subtil d’Ali Hirèche nous bouscule, nous enroule et nous emporte dans la soie, le velours, les couleurs tantôt douces, tantôt chatoyantes du piano et nous embarque dans un rêve dont on n’imagine même pas qu’on puisse s’éveiller .

Le silence profond du public en dit long sur sa concentration et son plaisir.

Et les pièces des « Impresiones intimas » de Federico Monpou s’enchaînent, comme par magie, sans être interrompues par des applaudissements, nous laissant flotter hors du temps et de l’espace, le souffle suspendu au son, charmés, envoûtés.

Après cet univers délicat et harmonieux, c’est au tour de  l’univers Beethovénien de déferler sur nous avec les accents d’une « pathétique » galopante et douloureuse, aux antipodes de Monpou : virile, symphonique, magistrale !

Après l’entracte, les « danses des compagnons de David » de Schumann n’ont pas démenti le début de ce concert qui n’a cessé de nous surprendre et nous ravir. Là aussi, les pièces se sont enchainées sans laisser au public le temps d’applaudir conventionnellement et rompre le charme… ce qui fait qu’à la fin de l’œuvre, l’ovation n’avait rien de conventionnel : elle a jailli, spontanée, sincère, reconnaissante.

Les bis ont été à la mesure du concert : surprenants, éclectiques, flamboyants .

Et  le public satisfait, enflammé, applaudissant de tout son cœur, a accordé un repos bien mérité à Ali ! "

Marion Henchoz


Arlette Laporte, 4/12/2016

Arlette Laporte a offert à l'association un magnifique concert romantique.

Programme du concert

A l'issue du concert, Arlette Laporte a dédicacé ses CD



Guillaume Coppola et Hervé Billaut, 13/11/2016

Le concert du 13 novembre 2016, donné dans l'auditorium du Domaine Musical de Pétignac à Jurignac (16250), est la première manifestation musicale organisée par une toute jeune Association fondée pas un groupe de,musiciens et de mélomanes enthousiastes : L'AMATEUR DE PIANO. Ce premier concert fut une belle réussite.

Devant une salle sous le charme, les deux pianistes complices, Guillaume Coppola et Hervé Billaut, nous ont donné à entendre des oeuvres pour 4 mains de Schubert (un divertissement) et de Brahms (les 16 valses et 3 danses hongroises) qu'ils ont servies avec fougue et une grande sensibilité musicale. Le public a visiblement été séduit, la chaleur des applaudissements en témoigne. 

Ils font tous deux une belle carrière soit en tant que solistes soit ensemble, gageons qu'ils continueront longtemps à enchanter des publics de plus en plus vastes.

Programme du concert

 

Brahms : 16 Valses op.39
Schubert : Divertissement à la hongroise D.818

- Andante

- Marsch - Andante con moto
-Allegretto
Brahms : Danses hongroises n° 11, 4